Articles

Bilan JDHH 2017: Rap Qc du 96,9 fm de Lévis a été l’émission radio de l’année

Le directeur musical et animateur Francois Pettigrew alias DJ Frankytown de la radio 96,9 fm de Lévis semble avoir un seul objectif en tête « Faire une chose et le faire bien ».  Et bien une chose est certaine, si on parle de diffuser du bon hip hop presque tous les.. Lire l'article

Bilan JDHH 2017: Alex Papineau a été l’ingénieur de son de l’année

Si vous ne connaissez pas ce gars-là, ça va. C’est pourquoi nous avons décidé de le nommer ingénieur de son de l’année 2017. Dans l’industrie de la musique, les interprètes obtiennent la plus grande part de la gloire et de la reconnaissance pour leurs succès, tandis que.. Lire l'article

Bilan JDHH 2017: Taktika a été le groupe de l’année

Au début des années 2000, T-Mo et B-Ice de Taktika étaient au sommet de leur popularité, avec la sortie de leur premier album « Mon mic, mon forty et mon blunt » qui est indéniablement un classique, le groupe originaire de Lévis aurait pu facilement se perdre dans la mêlée,.. Lire l'article

Bilan JDHH 2017: Chub-E Pelletier a été le graphiste de l’année

Spécialiste des logos et de l’image de marque, Chub-E Pelletier est un graphiste indépendant surtout connu pour ses designs de pochettes de disques de BBT WRECK-HURDZ et plusieurs autres artistes hip hop signés et non signés. Basé à Montréal, son travail de concepteur s’étend à plus d’une.. Lire l'article

Bilan JDHH 2017: CART3L et Le Connaisseur ont sortie la collabo de l’année

La collaboration entre Cart3l et Ticaso est le genre de collabo qui pousse la concurrence à élever le niveau ou à finir dans la poussière. Cette chanson c’est juste de la pure bombe! Certains diront que Cart3l s’est retrouvé surpassé par Le Connaisseur mais la rédaction du JDHH dirait.. Lire l'article

Bilan JDHH 2017: Doni Na Ma a été la découverte de l’année

Chaque année, l’underground fait éruption avec de nouveaux arrivants captivants, dont beaucoup sont maintenant des noms familiers mais en même temps beaucoup sont partis et oubliés. On vous l’a dit dans une récente entrevue et notre opinion reste la même, Doni Na Ma a un style unique.. Lire l'article

Bilan JDHH 2017: Kleancut a été le DJ de l’année

Dj Kleancut n’a pas besoin d’introduction, au cours des 20 dernières années, il est devenu l’un des plus grands DJs du hip-hop au Québec. Il a été 5 fois en prestation de Scratch au Centre Bell devant plus de 11 000 personnes et s’est livré à plus de 2000.. Lire l'article

Bilan JDHH 2017: la réunion de SP & Ti Kid a été le moment marquant de l’année

Soyons honnête, il y a peu de groupes dans l’histoire du hip-hop QC qui ont eu l’impact musical que Sans Pression a réussi à avoir et ceci même 20 ans après la formation du groupe. Composé des fondateurs SP et Ti Kid,  le groupe a fait sentir.. Lire l'article

Bilan JDHH 2017: Da Trigg a sortie la mixtape de l’année

Si il ya de l’argent, des femmes sexy, des bijoux et des belles voitures, c’est que Da Trigg n’est pas trop loin. Chaque fois qu’on écoute une de ses chansons, on sait qu’on peut se détendre et oublier tout ce qui nous stress au quotidien et sa mixtape.. Lire l'article

Bilan JDHH 2017: Souldia a été le rappeur de l’année à Québec

Le hip-hop québécois a parcouru un long chemin depuis ses humbles débuts dans les années 90. Le game a pris des rebondissements pour le meilleur et parfois le pire, et rares sont les artistes hip-hop qui prennent leur art au sérieux au Québec.  Souldia est sans aucun doute.. Lire l'article

Bilan JDHH 2017: Lynk Parker de PAVFILMS a été le réalisateur vidéo de l’année

Il fût un temps où les vidéos étaient souvent une affaire très coûteuse et longue qui impliquait l’équipement coûteux ainsi que l’expertise et le travail de nombreux contributeurs comme les danseurs, les figurants et les techniciens etc..Cependant, depuis quelques années les choses ont changé. Lynk Parker de.. Lire l'article

Bilan JDHH 2017: White-B a été le rappeur de l’année à Montréal

Avant que des artistes comme Chief Keef montrent au monde, au début des années 2010, qu’il était possible de faire exploser Internet avec des vidéos musicales à petit budget, les visuels de rap étaient généralement produits par une équipe de professionnels fournis ou payés par le label.. Lire l'article